Date de publication : 2019-02-24
Code postal : 92100

Grand débat - fiscalité et dépenses publiques

1. Quelles sont toutes les choses qui pourraient être faites pour améliorer l'information des citoyens sur l'utilisation des impôts ?

Informer, éduquer sur les dépenses de l’état et dès collectivités sur l’utilisation des impôts : les ordres de grandeurs des ressources et dépenses sont mal connues, et ne permet pas à bon nombre de Français de débattre sur l’essentiel. Cette éducation économique doit ensuite permette un vrai travail serein sur les grands sujets fédérateurs. Attention, des dizaines de petites niches sont à éliminer aussi: ce n’est pas leur dimension unitaire qui justifie de s’y attaquer mais leur grand nombre... qui profite à peu de citoyens.

2. Que faudrait-il faire pour rendre la fiscalité plus juste et plus efficace ?

1) je pense sincèrement que la progressivité de l’impot sur le revenu du travail est correcte 2) les revenus de rentes et du rendement du capital sont insuffisament taxées 3) la TVA est un impôt extraordinairement inégalitaire car, proportionnellement, un foyer modeste paye, en proportion, beaucoup plus de TVA qu’un foyer aisé (le foyer aisé va certes payer une TVA élevée sur des produits de luxe, mais va aussi dépenser hors France donc hors TVA) 4) les droits de succession sont tout à fait non représentatifs d’un France qui prône égalité et fraternité : la rente dans les familles « bien nées » est inégalitaire dans le sens où elle ne représente pas une égalité des chances. Les biens acquis par le travail et l’épargne d’une famille besogneuse ne peut pas être taxée également que les biens transmis dans des dynasties de familles assises sur des fortunes gagnées par les interets du capital. Warren Buffet n’a transmis qu’une petite partie de sa fortune à ses descendants.

3. Quels sont selon vous les impôts qu'il faut baisser en priorité ?

1) TVA sur les produits de première nécessité touchant les ménages les plus modestes, pour faire court : tous les produits alimentaires et d’entretien du foyer, ainsi que les travaux d’amélioration du logement 2) droits de succession à baisser au minimum pour des transmissions <100K€, puis barême progressif avec forte accélération par tranche de 100K€ supplémentaire par héritier direct ou indirect. Suggestion type: 0%<100K€, 100K€<5%<200K€, 200K€< 10%<300K€, 300K€<20%<400K€, 400K€<40%<500K€, 60%>500K€

4. Afin de financer les dépenses sociales, faut-il selon vous...

Ne pas penser augmentation des charges sur le travail, temps de travail, durée du travail, mais chasse à l’évasion fiscale et revenus du capital. Notre société évolue vers moins de croissance et moins de travail mais pas moins de PIB !

5. S'il faut selon vous revoir les conditions d'attribution de certaines aides sociales, lesquelles doivent être concernées ?

- familles nombreuses: au delà de 3 enfants les aides ne doivent pas avoir le niveau de progressivité actuelle. Cela favorise des familles qui ne représentent pas forcément les valeurs et nécessités de notre république - retraites doivent rester à leur niveau actuel: ~50% des 20 meilleures années travaillées, a partir de ~62 ans avec ~40années travaillées/cotisées, avec un bonus pour ceux qui travaillent plus longtemps (qui ont la chance/privilège de pouvoir continuer) - aides sociales aux handicapés à maintenir/améliorer, risques sur la dépendance à mettre en oeuvre.

6. Quels sont les domaines prioritaires où notre protection sociale doit être renforcée ?

- risques sur la dépendance

7. Pour quelle(s) politique(s) publique(s) ou pour quels domaines d'action publique, seriez-vous prêts à payer plus d'impôts ?

1) Éducation: c’est un investissement cotoyen pour les générations futures. 2) santé: maintenir un parcours santé digne d’une société moderne (depuis les dispensaires/centres de santé, médecins de famille, spécialistes, hopital)

8. Y a-t-il d'autres points sur les impôts et les dépenses sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

En termes de dépenses, on peut probablement réduire sur - le nombre d’élus : garder la proximité mais limiter le millefeuille - surtout attaquer de front les mécanismes d’évasion fiscale des multinationnales et grandes familles - arrêter de croire au principe de « ruissellement » : l’ISF doit être rétabli, - la notion de « premier de cordée » pourrait me plaire conceptuellement, comme courroi d’entrainement.... - La réalité de notre monde reste que les moins riches doivent batailler pour récupérer leur dû dans les poches des plus riches : pas uniquement le monde du travail contre les actionnaires, mais aussi les startups qui tentent de dépositionner des multinationnales établies, qui copient des modèles économiques pour les retourner à leur avantage, etc. Une jungle pas très fraternelle...