Date de publication : 2019-01-26
Code postal : 34400

Grand débat - démocratie et citoyenneté

1. En qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la société et pourquoi ?

Aux élus qui continuent à exercer un métier (maires de villages par exemple) et pas aux politiciens qui ne pensent qu'à s'enrichir. De cette façon, ils sont au plus près des préoccupations des autres.

2. En dehors des élus politiques, faut-il donner un rôle plus important aux associations et aux organisations syndicales et professionnelles ?

Oui

3. Si oui, à quel type d'associations ou d'organisations ? Et avec quel rôle ?

À des syndicats totalement indépendants tel que SUD... et aux associations qui luttent contre les inégalités.

4. Que faudrait-il faire pour renouer le lien entre les citoyens et les élus qui les représentent ?

Mettre en place le RIC à tous les niveaux.

5. Le non-cumul des mandats instauré en 2017 pour les parlementaires (députés et sénateurs) est :

Une bonne chose

6. Pourquoi ?

De cette façon, s'ils étaient honnêtes et s'ils respectaient ce non-cumul, les politiques pourraient se consacrer uniquement à leur tâche et devraient faire leur travail plus correctement.

7. Que faudrait-il faire pour mieux représenter les différentes sensibilités politiques ?

Plus de proportionnelle

8. Pensez-vous qu'il serait souhaitable de réduire le nombre d'élus (hors députés et sénateurs) ?

Oui

9. Si oui, lesquels ?

Tous

10. Que pensez-vous de la participation des citoyens aux élections et comment les inciter à y participer davantage ?

Mettre le RIC en place.

11. Faut-il prendre en compte le vote blanc ?

Oui

12. Si oui, de quelle manière ?

En instaurant un minima de suffrages exprimés (30 % par exemple) en-deçà duquel l'élection ne serait pas validée.

13. Que faudrait-il faire aujourd'hui pour mieux associer les citoyens aux grandes orientations et à la décision publique ? Comment mettre en place une démocratie plus participative ?

Mettre le RIC en place.

14. Faut-il faciliter le déclenchement du référendum d'initiative partagée (le RIP est organisé à l'initiative de membres du Parlement soutenu par une partie du corps électoral) qui est applicable depuis 2015 ?

Oui

15. Si oui, comment ?

En le remplaçant un véritable RIC

16. Que faudrait-il faire pour consulter plus directement les citoyens sur l'utilisation de l'argent public, par l'Etat et les collectivités ?

PRIORITÉ UNIQUE au Référendum d’Initiative Citoyenne, le RIC Le pouvoir de L’INITIATIVE : le référendum d’initiative citoyenne, c’est la possibilité pour le peuple (100 000 personnes, par exemple) de se poser à lui-même les questions qu’il juge importantes, et ensuite d’y répondre (à la majorité), en décidant effectivement, en passant au-dessus de ses représentants du moment. Cette institution existe déjà (avec des « garde-fous ») en Suisse, en Italie, au Venezuela et dans de nombreux États américains. Constatant la soumission des gouvernements successifs aux lobbys, nous estimons essentiel de nous doter d’un outil durable qui permettra aux différentes revendications DU PEUPLE d’aboutir. Nous vous proposons de nous unir autour d’une seule et unique revendication : le référendum d’initiative citoyenne. Il faut préciser qu’il existe quatre sortes de RIC, très complémentaires (étudiez et enrichissez vous-même les exemples) : • Par référendum législatif, les citoyens seraient appelés à se prononcer pour une loi (que les députés ne veulent pas). Par exemple, un RIC législatif pour l’interdiction des paradis fiscaux, ou un RIC législatif pour fixer le salaire minimum, la pension de retraite minimum, le salaire maximum. • Par référendum abrogatoire, les citoyens seraient appelés à se prononcer sur l’abrogation, totale ou partielle, d’un traité, d’une loi ou d’un acte ayant valeur de loi. Par exemple, un RIC abrogatoire pour annuler la « loi travail », un autre RIC abrogatoire pour abroger les « ordonnances Macron », ou un RIC abrogatoire pour invalider la loi sur la hausse de la CSG, ou encore pour supprimer les lois de désindexation des salaires et des retraites, ou encore un RIC pour annuler absolument toutes les « niches fiscales » et « le verrou de Bercy » (la liste est longue, des lois scélérates que le peuple pourra détruire grâce au RIC). • Par référendum constituant, les citoyens pourraient réviser eux-mêmes leur constitution. Par exemple : un RIC constituant pour changer le statut des élus, des ministres, pour régler leurs salaires, leur totale absence de privilèges, un RIC constituant pour établir leur véritable responsabilité, un RIC constituant pour garantir leur honnêteté (en imposant par exemple un casier judiciaire vierge aux candidats à l’élection), un RIC constituant pour sortir le Traité de Lisbonne de notre Constitution, un RIC constituant pour nationaliser toutes les banques et pour rendre le monopole de la création monétaire à la puissance publique (nationale et locale)… • Par référendum révocatoire, les citoyens pourraient obtenir, à tout moment, la destitution d’un représentant, d’un élu, d’un ministre, d’un haut fonctionnaire…

17. Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ?

Respecter les décisions des citoyens lors des référendums d'initiative populaires

18. Faut-il les transformer ?

Oui

19. Si oui, comment ?

En mettant en place un RIC et en limitant leurs émoluments (2 fois le SMIC par exemple). De cette façon, on aurait des élus qui s'intéressent réellement aux problèmes des français et pas à leur argent.

20. Que proposez-vous pour renforcer les principes de la laïcité dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ?

None

21. Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Il faudrait que les politiques les respectent en premier lieu. Interdiction de se représenter si on a un casier judiciaire. Démission obligatoire en cas de poursuites de la justice. Permettre la liberté de s'exprimer (par les manifestations par exemple, sans répression, comme c'est malheureusement le cas actuellement pour les lycéens et les "Gilets jaunes".

22. Que faudrait-il faire aujourd'hui pour renforcer l'engagement citoyen dans la société ?

Mettre en place le RIC

23. Quels sont les comportements civiques qu'il faut promouvoir dans notre vie quotidienne ou collective ?

L'honnêteté des politiques. C'est à eux de montrer l'exemple. Une justice impartiale, qu'on soit puissant ou misérable (ce qui n'est pas le cas actuellement).

24. Que faudrait-il faire pour favoriser le développement de ces comportements civiques et par quels engagements concrets chacun peut-il y participer ?

Que les élus montrent l'exemple !

25. Que faudrait-il faire pour valoriser l'engagement citoyen dans les parcours de vie, dans les relations avec l'administration et les pouvoirs publics ?

Accroître le nombre de fonctionnaires, mieux les payer pour qu'ils soient plus disponibles.

26. Quelles sont les incivilités les plus pénibles dans la vie quotidienne et que faudrait-il faire pour lutter contre ces incivilités ?

Que le Président arrête d'insulter les français serait un bon exemple ! Violences policières (nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux)

27. Que peuvent et doivent faire les pouvoirs publics pour répondre aux incivilités ?

Sanctionner tous ceux qui s'en prennent verbalement ou physiquement aux fonctionnaires des services publics. Instaurer une peine (type service civil obligatoire) pour les jeunes délinquants. Sanctionner financièrement les absences des élus lors des séances du Parlement. Mettre en place un RIC. Contre les violences policières : 10 ans de prison ferme minimum pour les auteurs, prison à vie pour les commanditaires et leurs complices (préfets, ministres, etc.)

28. Quel pourrait être le rôle de chacun pour faire reculer les incivilités dans la société ?

Que les électeurs puissent s'exprimer à partir d'un RIC. Demander aux policiers de protéger la population au lieu d'exercer une répression absurde. Instaurer une police de proximité dans les quartiers avec pour but d'éduquer les jeunes à la vie en société par des activités sportives et ludiques par exemple. Créer des emplois !

29. Quelles sont les discriminations les plus répandues dont vous êtes témoin ou victime ?

Insultes de la part du Président Macron. Propos racistes de certains élus.

30. Que faudrait-il faire pour lutter contre ces discriminations et construire une société plus solidaire et plus tolérante ?

Sanctionner les fautifs en exigeant leur démission.

31. Pensez-vous qu'il faille instaurer des contreparties aux différentes allocations de solidarité ?

Oui

32. Si oui, lesquelles ?

Participation active à des œuvres caritatives types "Restos du cœur", "Secours populaire" etc.

33. Que pensez-vous de la situation de l'immigration en France aujourd'hui et de la politique migratoire ? Quelles sont, selon vous, les critères à mettre en place pour définir la politique migratoire ?

Il faut que tous les migrants soient accueillis convenablement, sans être "choisis".

34. En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?

Utiliser tous les immeubles et logements laissé vides, voire les confisquer à leurs propriétaires s'ils les laissent à l'abandon.

35. Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

Prévoir des logements décents et peu coûteux en conséquence du nombre de personnes à loger. Interdire aux entreprises qui ont touché des aides ou qui dégagent des bénéfices de licencier et ne leur verser des aides que si elles embauchent. Il n'y a que par le travail que l'on peut s'intégrer. Imposer les plus-values. Créer des emplois dans tous les services publics : éducation et santé en priorité. Pour cela, remettre en place l'ISF et lutter efficacement contre la fraude fiscale et les enrichissements à outrance des PDG, en suppriment en particulier les "parachutes dorés". Actuellement, il y a des millions de chômeurs en France pour seulement quelques dizaines de milliers d'emplois proposés ! C'est honteux !

36. Quelles sont, selon vous, les modalités d'intégration les plus efficaces et les plus justes à mettre en place aujourd'hui dans la société ?

Permettre à chacun de trouver un travail digne, et dans ses "cordes".

37. Y a-t-il d'autres points sur la démocratie et la citoyenneté sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

PRIORITÉ UNIQUE au Référendum d’Initiative Citoyenne, le RIC

Grand débat - organisation de l'Etat et des services publics

1. Que pensez-vous de l'organisation de l'Etat et des administrations en France ? De quelle manière cette organisation devrait-elle évoluer ?

None

2. Selon vous, l'Etat doit-il aujourd'hui transférer de nouvelles missions aux collectivités territoriales ?

Non

3. Si oui, lesquelles ?

None

4. Estimez-vous avoir accès aux services publics dont vous avez besoin ?

Oui

5. Si non, quels types de services publics vous manquent dans votre territoire et qu'il est nécessaire de renforcer ?

Éducation et santé. Il manque des postes dans les écoles (trop d'élèves par classe), des infirmières, des médecins dans les hôpitaux et sur l'ensemble du territoire (généralistes et spécialistes).

6. Quels nouveaux services ou quelles démarches souhaitez-vous voir développées sur Internet en priorité ?

None

7. Avez-vous déjà utilisé certaines de ces nouvelles formes de services publics ?

Non

8. Si oui, en avez-vous été satisfait ?

None

9. Quelles améliorations préconiseriez-vous ?

Augmentation des effectifs pour que les fonctionnaires puissent répondre à toutes les demandes.

10. Quand vous pensez à l'évolution des services publics au cours des dernières années, quels sont ceux qui ont évolué de manière positive ?

Aucun

11. Quels sont les services publics qui doivent le plus évoluer selon vous ?

Tous en augmentant les effectifs et les salaires.

12. Connaissez-vous le "droit à l'erreur", c'est-à-dire le droit d'affirmer votre bonne foi lorsque vous faites un erreur dans vos déclarations ?

Oui

13. Si oui, avez-vous déjà utilisé ce droit à l'erreur ?

Non

14. Si oui, à quelle occasion en avez-vous fait usage ?

None

15. Pouvez-vous identifier des règles que l'administration vous a déjà demandé d'appliquer et que vous avez jugées inutiles ou trop complexes ?

None

16. Faut-il donner plus d'autonomie aux fonctionnaires de terrain ?

None

17. Si oui, comment ?

None

18. Faut-il revoir le fonctionnement et la formation de l'administration ?

Oui

19. Si oui, comment ?

En augmentant le nombre de fonctionnaires dans tous les services publics.

20. Comment l'Etat et les collectivités territoriales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté ?

None

21. Si vous avez été amené à chercher une formation, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

22. Si vous avez été amené à scolariser votre enfant, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

23. Si vous avez été amené à chercher un emploi, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

24. Si vous avez été amené à préparer votre retraite, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

25. Si vous avez été amené à demander un remboursement de soins de santé, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

26. Si vous avez été amené à faire une demande d'aide pour une situation de handicap, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

27. Si vous avez été amené à créer une entreprise, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

28. Si vous avez été amené à recruter du personnel, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

29. Si vous avez été amené à former du personnel, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

30. Si vous avez été amené à rémunérer du personnel, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

31. Si vous avez été amené à mettre fin à votre activité, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

32. Si vous avez été amené à recruter une personne portant un handicap, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

33. Y a-t-il d'autres points sur l'organisation de l'Etat et des services publics sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Il faut revenir sur l’abaissement de la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. Cette mesure a été imposée sans concertation, après une expérimentation biaisée aux résultats peu probants, contre l’avis des Français. Cela pénalise injustement les conducteurs : temps de trajet rallongés, dépassements dangereux, camions collés aux voitures… Sans parler des radars qui flashent à tout va ! Le Gouvernement doit veiller à l’entretien des routes, au lieu d’y baisser la limitation de vitesse ! Le Gouvernement doit mettre la politique de sécurité routière au service des conducteurs, au lieu d’en faire une politique fiscale et un véritable racket par les radars ! Le Gouvernement doit traiter les conducteurs en citoyens responsables, acteurs indispensables de la sécurité routière : laissez-nous adapter notre vitesse aux conditions de circulation, au lieu de détourner notre attention de la route, en nous obligeant à rouler à une vitesse inutilement réduite, les yeux rivés sur le compteur !