Date de publication : 2019-02-01
Code postal : 45240

Grand débat - organisation de l'Etat et des services publics

1. Que pensez-vous de l'organisation de l'Etat et des administrations en France ? De quelle manière cette organisation devrait-elle évoluer ?

L'organisation est trop complexe, elle devrait évoluer vers une simplification et une transparence.

2. Selon vous, l'Etat doit-il aujourd'hui transférer de nouvelles missions aux collectivités territoriales ?

None

3. Si oui, lesquelles ?

None

4. Estimez-vous avoir accès aux services publics dont vous avez besoin ?

Non

5. Si non, quels types de services publics vous manquent dans votre territoire et qu'il est nécessaire de renforcer ?

revenir aux services publics de proximités.

6. Quels nouveaux services ou quelles démarches souhaitez-vous voir développées sur Internet en priorité ?

Le problème est déjà de développer l'accès à internet et même téléphonique.

7. Avez-vous déjà utilisé certaines de ces nouvelles formes de services publics ?

Oui

8. Si oui, en avez-vous été satisfait ?

Non

9. Quelles améliorations préconiseriez-vous ?

D'un agent à l'autre nous n'avons pas les mêmes réponses, pas de fiabilité. Absence totale de la part agent d'une réelle formation de terrain. Aucun réel suivi du dossier. Ex : demande MDPH, inégalité +++ selon les départements, aussi incompréhension du suivi du dossier si changement de département.

10. Quand vous pensez à l'évolution des services publics au cours des dernières années, quels sont ceux qui ont évolué de manière positive ?

aucune, on a l'impression de ne plus en avoir. Dans "public" on attend "publique" c'est à dire avoir un interlocuteur formé correctement. Je dirais toutefois que ce qui a bien évolué c'est la déclaration simplifiée.

11. Quels sont les services publics qui doivent le plus évoluer selon vous ?

tout ce qui concerne la santé, l'handicap.

12. Connaissez-vous le "droit à l'erreur", c'est-à-dire le droit d'affirmer votre bonne foi lorsque vous faites un erreur dans vos déclarations ?

Oui

13. Si oui, avez-vous déjà utilisé ce droit à l'erreur ?

Oui

14. Si oui, à quelle occasion en avez-vous fait usage ?

pour une erreur d'actualisation Pole Emploi, le recours a été rejeté immédiatement sans pouvoir avoir le droit justement à l'erreur, ni même de me justifier.

15. Pouvez-vous identifier des règles que l'administration vous a déjà demandé d'appliquer et que vous avez jugées inutiles ou trop complexes ?

Concernant la MDPH qui oblige les particuliers de justifier tous les ans de son handicap par des bilans onéreux, difficiles parfois à obtenir. Pour une population qui n'a justement pas forcément les moyens de les faire car non remboursé. Est-il nécessaire de redemander les mêmes documents? Les règles concernant le PLU sont parfois inadaptées et incohérentes, souvent source d'abandon du projet ou de fraude.

16. Faut-il donner plus d'autonomie aux fonctionnaires de terrain ?

Oui

17. Si oui, comment ?

En lui donnant les moyens d'avoir accès plus facilement aux différentes données pour avoir une meilleure vision d'ensemble du problème.

18. Faut-il revoir le fonctionnement et la formation de l'administration ?

Oui

19. Si oui, comment ?

Chercher à simplifier, créer un système de consultation croisée des données dans les différents ministères par exemple.

20. Comment l'Etat et les collectivités territoriales peuvent-ils s'améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté ?

par l'équité : il y a des communes, des départements et des régions plus riches que d'autres avec de ce fait une très grande inégalité de vie. Je pense que le mot d'ordre est de chercher non pas l'égalité mais l'équité. Créer une harmonisation sur tout le territoire français par un versement "fond de solidarité" des différentes collectivités territoriales plus riches par exemple.

21. Si vous avez été amené à chercher une formation, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

aucune aide possible pour financer mon projet : pour le fongecif et pole emploi cette formation n'était pas reconnue pour prétendre à un financement. Je me suis donc formée à mes frais pour devenir sophrologue.

22. Si vous avez été amené à scolariser votre enfant, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

Le ministère de l'éducation nationale peine considérablement à tenir compte des enfants dit atypique (HP, dys…) dont l'intelligence ne leur permettent pas d'être dans des structures spécialisées, mais qui présentent des troubles sévères de l'apprentissage. C'est un combat de tous les jours pour obtenir le droit aux aménagements, obtenir l'EQUITE des chances de réussite. C'est source d'une grande souffrance psychologique. Problème avec la MDPH pour obtenir une AVS (rejet de la demande). Monter des dossier d'aménagement aux examens. Ce sont des démarches trop lourdes et répétitives. Pour ma part, je devrais pour l'un de mes fils demander encore une AVS et un aménagement au examens pour ces deux dernières années d'études et je suis découragées, découragée de devoir justifier des ses troubles qui NON ne s'améliorent pas, fatiguée d'entendre qu'il devrait pourtant être autonome, fatiguée de devoir me battre, faire des recours tous les ans ou tous les deux ans. Je sais que l'on va me demander de présenter des bilans justifiant de son évolution (bilan psy, ergo, ortho … 500 euros) pour avoir en finalité un rejet de la demande. Le ministère de l'agriculture est moins complexe, mais il est toutefois très regrétable que le médecin scolaire dépende du ministère de l'éducation nationale et de ce fait donne priorité aux élèves issus de cette administration. Ainsi, il y a deux ans j'ai été contactée par le médecin scolaire pour confirmer les aménagements aux examens qui avaient déjà commencés. OUPS !

23. Si vous avez été amené à chercher un emploi, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

24. Si vous avez été amené à préparer votre retraite, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

25. Si vous avez été amené à demander un remboursement de soins de santé, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

26. Si vous avez été amené à faire une demande d'aide pour une situation de handicap, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

Je l'ai formulé plus haut : MDPH inégalité entre département. demande de bilans trops onéreux (non rembousé) et parfois impossible à obtenir car pas de spécialiste disponible (délai d'attente 1 an 1/5). Trop souvent de rejet de demande d'AVS pourtant indispensable et parfois durant toute la scolarité de l'enfant. Démarche longue et complexe.

27. Si vous avez été amené à créer une entreprise, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

Je n'ai pas rencontré de problème particulier la chambre du commerce m'a très bien dirigée. la difficulté rencontrée était l'identification de mon statut en 2012 les Sophrologues-Relaxologues n'étant pas encore référencés : avec l'aide des agents nous avons trouvé la solution. Quelques mois plus tard le statut libéral était créer ainsi qu'un code NAF correspondant. Mais en revanche changer ce statut semble contraignant, trop de démarches administratives. Le centre des impôts a su très bien m'expliquer comment déclarer ma pièce de travail tout en la sortant de mon cadre foncier.

28. Si vous avez été amené à recruter du personnel, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

29. Si vous avez été amené à former du personnel, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

30. Si vous avez été amené à rémunérer du personnel, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

31. Si vous avez été amené à mettre fin à votre activité, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

32. Si vous avez été amené à recruter une personne portant un handicap, pouvez-vous indiquer les éléments de satisfaction et/ou les difficultés rencontrés en précisant, pour chaque point, l'administration concernée :

None

33. Y a-t-il d'autres points sur l'organisation de l'Etat et des services publics sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Je voudrais venir sur le statut d'auto entrepreneur. J'ai créer mon cabinet de Sophrologie-relaxologie pour pouvoir accompagner mes enfants dans leur différents suivis thérapeutiques incompatible avec un travail de salarié. Et je voudrais que l'état puisse se pencher sur ce sujet car les petits auto-entrepreneurs dont le chiffre d'affaire ne dépasse pas 30 000 euros se trouvent parfois bien en dessous du smic, avec en plus aucune aide possible (sauf prime à l'emploi). Il est très décourageant à la fin de chaque trimestre de voir la somme que nous devons payer à l'URSSAF pour exemple : pour l'année 2018 qui était une très bonne année. j'ai déclaré 22 028 euros et versé à l'URSSAF : 5 400 euros ce qui revient à un revenu mensuel de 1 385 euro par mois. Je ne pourrai jamais atteindre les 30 000 euros sans devoir proposer des tarifs qui ne deviendront plus accessibles par la clientèle et par le fait il me restera à mettre la clé sous la porte. Le statut d'auto entrepreneur ne permet pas de déclarer les frais, mais dans la réalité il doit être déduit de ce chiffre d'affaire : - une assurance, CFE, un loyer, comptes retraites privés, les charges et les frais divers... Biensûr je pourrais changer mon statut en libéral, mais je devrais alors payer un comptable, mettre en garantie ma maison, ce qui au bout du compte arrive au même résultat avec des risques plus important. C'est parfois un choix, parfois une obligation que de devenir auto-entrepreneur, mais en tout cas une richesse française. Cependant cette richesse ne pourra pas perdurer s'il n'y a pas plus d'équité. Bien entendu, il me semble nécessaire de payer mes charges, mes impôts pour pouvoir bénéficier de mon droit au soin par exemple. Mais aujourd'hui ce n'est pas vraiment le cas, je ne peux pas me soigner comme il serait souhaitable, je dois compter, reporter... Alors, quand je vois l'écart de vie grandissant, je me demande si ça vaut toujours le coup de travailler. Depuis maintenant 7 ans, nous ne faisons peu ou rarement d'extra, nous partons qu'une semaine par an en vacances, en prenant le soin de rester dans un budget restreint (nous sommes 4). A la prochaine rentrée, je vais perdre toutes mes aides sociales parce que l'un de mes enfants choisis la voie de l'apprentissage. Nous allons devoir serrer encore plus les comptes pour pouvoir payer les études. Car la réalité c'est que quoique nous fassions je ne serai toujours pas assez riche ni assez pauvre pour bénéficier d'aide. Aujourd'hui j'aimerai que l'état valorise le travail et permette à ceux qui travaillent d'accéder aux soins, à un minimum de loisirs (vacances). Il n'est pas normal que celui qui travaille soit obligé de compter et de se priver. C'est à mon sens encourager l'assistanat. J'ai longtemps travaillé dans le milieu médical et je puis vous dire que certaines personnes usent et abusent de leur droit à la CMU. Venant parfois toutes les semaines parce que c'est gratuit! Je suis favorable au maintien de ce qui caractérise la France c'est à dire au droit social. Mais il me semble inacceptable de voir une personne accéder au soin sans avoir même pas payé 1 euros tandis que celui qui paie ce dit euro symbolique ne peut pas accéder à ces mêmes soins car sa mutuelle ne couvre pas les dépassements d'honoraires? Je trouve inconcevable aujourd'hui que certaines personnes bénéficiant d'aides puissent croire que c'est gratuit ! Devons nous maintenir cette croyance? A trop vouloir faire du social on a créer des assistés qui au final vivent mieux que ceux qui travaillent et ce jusqu'à la retraite avec le minimum vieillesse. Valoriser le travail me semble donc un point d'organisation primordial. Pour reprendre vos mots "valoriser l'effort". Travailler sur la notion d'EQUITE car l'égalité ne donne pas les mêmes chances.