Date de publication : 2019-03-02
Code postal : 69005

Grand débat - démocratie et citoyenneté

1. En qui faites-vous le plus confiance pour vous faire représenter dans la société et pourquoi ?

nos élus

2. En dehors des élus politiques, faut-il donner un rôle plus important aux associations et aux organisations syndicales et professionnelles ?

Oui

3. Si oui, à quel type d'associations ou d'organisations ? Et avec quel rôle ?

aux associations mais à titre consultatif car elles ont la vision du terrain

4. Que faudrait-il faire pour renouer le lien entre les citoyens et les élus qui les représentent ?

plus de transparence sur le temps passé de manière efficace à leur tâche (et non à cultiver leur image)

5. Le non-cumul des mandats instauré en 2017 pour les parlementaires (députés et sénateurs) est :

Une bonne chose

6. Pourquoi ?

pour permettre de passer vraiment du temps sur leur mission.

7. Que faudrait-il faire pour mieux représenter les différentes sensibilités politiques ?

None

8. Pensez-vous qu'il serait souhaitable de réduire le nombre d'élus (hors députés et sénateurs) ?

Oui

9. Si oui, lesquels ?

en réduisant le millefeuille administratif (région/département)

10. Que pensez-vous de la participation des citoyens aux élections et comment les inciter à y participer davantage ?

En les informant mieux avec des médias qui informent et non qui déforment

11. Faut-il prendre en compte le vote blanc ?

Oui

12. Si oui, de quelle manière ?

En les comptabilisant

13. Que faudrait-il faire aujourd'hui pour mieux associer les citoyens aux grandes orientations et à la décision publique ? Comment mettre en place une démocratie plus participative ?

None

14. Faut-il faciliter le déclenchement du référendum d'initiative partagée (le RIP est organisé à l'initiative de membres du Parlement soutenu par une partie du corps électoral) qui est applicable depuis 2015 ?

Oui

15. Si oui, comment ?

pour les grandes questions de société (PMA/ GPA....)

16. Que faudrait-il faire pour consulter plus directement les citoyens sur l'utilisation de l'argent public, par l'Etat et les collectivités ?

Il faudrait surtout rendre des comptes clairs par projets menés. Les écarts et ce qui justifie les écarts.

17. Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ?

Le Conseil économique et social a t-il encore une raison d'être? Ne faut il pas remettre en cause son existence?

18. Faut-il les transformer ?

Oui

19. Si oui, comment ?

Moins de sénateurs. Mettre un limite d'âge. Ne devraient ils pas partir à la retraite pour laisser la place à des plus jeunes?

20. Que proposez-vous pour renforcer les principes de la laïcité dans le rapport entre l'Etat et les religions de notre pays ?

La religion doit rester de l'ordre de l'intime et du libre arbitre de chacun mais l'Etat doit en permanence réaffirmer sa neutralité au service de tous.

21. Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

None

22. Que faudrait-il faire aujourd'hui pour renforcer l'engagement citoyen dans la société ?

Sensibiliser les jeunes dés le plus jeune âge dans le cursus éducatif

23. Quels sont les comportements civiques qu'il faut promouvoir dans notre vie quotidienne ou collective ?

la civilité, la politesse, le respect d'autrui seraient un bon début

24. Que faudrait-il faire pour favoriser le développement de ces comportements civiques et par quels engagements concrets chacun peut-il y participer ?

par l'exemple de tout un chacun...Y compris les hommes politiques et les journalistes

25. Que faudrait-il faire pour valoriser l'engagement citoyen dans les parcours de vie, dans les relations avec l'administration et les pouvoirs publics ?

None

26. Quelles sont les incivilités les plus pénibles dans la vie quotidienne et que faudrait-il faire pour lutter contre ces incivilités ?

l'agressivité verbale

27. Que peuvent et doivent faire les pouvoirs publics pour répondre aux incivilités ?

tout passe par l'éducation.

28. Quel pourrait être le rôle de chacun pour faire reculer les incivilités dans la société ?

Ne pas laisser passer. Dire tout haut avec respect et fermeté. Donner l'exemple

29. Quelles sont les discriminations les plus répandues dont vous êtes témoin ou victime ?

None

30. Que faudrait-il faire pour lutter contre ces discriminations et construire une société plus solidaire et plus tolérante ?

None

31. Pensez-vous qu'il faille instaurer des contreparties aux différentes allocations de solidarité ?

Oui

32. Si oui, lesquelles ?

une contrepartie aux allocations par une action civique -éducatif, santé, animation, jardinage...- pourrait être utile à la société et utile à l'estime de soi

33. Que pensez-vous de la situation de l'immigration en France aujourd'hui et de la politique migratoire ? Quelles sont, selon vous, les critères à mettre en place pour définir la politique migratoire ?

la politique migratoire semble ne pas vraiment mettre en relation les compétences professionnelles des immigrés potentiels et les besoins en compétences du marché de l'emploi français. Il devrait y avoir un lien direct entre les demandes d'immigration et l'intégration possible rapide sur le marché de l'emploi français.

34. En matière d'immigration, une fois nos obligations d'asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ?

oui mais en fonction de la réalité du marché du travail à court et moyen termes

35. Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

Sélectionner les demandes sur des critères pragmatiques

36. Quelles sont, selon vous, les modalités d'intégration les plus efficaces et les plus justes à mettre en place aujourd'hui dans la société ?

l'intégration se fera avant tout par la légitimité que confère un emploi.

37. Y a-t-il d'autres points sur la démocratie et la citoyenneté sur lesquels vous souhaiteriez vous exprimer ?

Aujourd’hui les médias font la pluie et le beau temps. On est passé d’une « démocratie » à une « médiacratie ». Il n’y a pas de contre-pouvoir, les journalistes peuvent dire à peu près tout ce qu’ils veulent et colporter des rumeurs sans en avoir vérifié la véracité. Si la rumeur est fausse, ils ne se sentent pas tenus pour responsables ! En matière de justice par exemple, les journalistes peuvent divulguer des informations confidentielles obtenues par des canaux illégaux car nul ne peut vérifier leurs sources. Les parties concernées utilisent ensuite ces informations qui influencent l’opinion publique pour orienter le cours d’actions en justice dans le sens qui leur convient. Idem en politique : Les rumeurs que les journalistes relaient, les informations tronquées, les images manipulées, ont un impact certain sur l’opinion publique. Du coup, les gens se sentent manipulés et beaucoup rejettent en bloc les journalistes pour se fier à l’anarchie des réseaux sociaux, ce qui est dangereux pour la démocratie. Proposition : Instituer un « conseil supérieur du journalisme » qui soit constitué de journalistes reconnus par leurs paires pour leur expérience et leur déontologie et qui disposent des pouvoirs suivants : - Droit de regard sur les sources - Droit de retirer leur carte de journalistes à ceux qui ne respectent pas un code de déontologie (Code de déontologie à établir par la profession en accord avec la profession)